Introduction

Les zones humides de Saint Martin sont déjà bien abîmées. Elles sont menacées par les remblais illégaux, la destruction de la mangrove qui subsiste et les pollutions dues aux dépôts d’ ordures, aux rejets d' effluents des riverains ou des égouts.

A la demande de la présidente de l'association Action-Nature, j’ ai effectué lors de mon passage dans les îles du Nord un inventaire avifaunistique de l’étang de la Barrière, situé à Cul-de-Sac, à titre gracieux. Il doit servir à élaborer un projet pédagogique en environnement.

[ Espèces d’oiseaux présents à Cul-de-sac le 02 Mai 1999 ]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Méthodologie

J’ai parcouru l ’ensemble de la saline afin de répertorier les espèces d’oiseaux présentes sur le site.
Les prospections ont été faites en fin de matinée le samedi 01 mai et en début et en fin de journée le 02 mai 1999.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

Le mois de mai est favorable pour observer les oiseaux qui nichent sur l' île. A cette période, il y a très peu d’oiseaux migrateurs, mais par contre, les salines et étangs recèlent des espèces inféodées à ces milieux pour leurs reproductions.

23 espèces d’oiseaux ont été recensées sur le site et la liste et loin d’être exhaustive. Bien que l’ habitat soit fortement dégradé, la richesse spécifique de ce site est intéressante. Quatre espèces sont migratrices et deux mériteraient une étude plus approfondie. En effet j’ ai pus observer un comportement de l’ Aile blanche (Catoptrophorus semipalmatus) qui pourrait être assimiler à une parade nuptiale. D’ autres part, la présence à cette époque de la Tourterelle asiatique (Zenaida asiatica) qui niche à Porto-Rico peut laisser présager la nidification de cette espèce.

[ Espèces d’oiseaux présentes sur le site ]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


[ ARDEIDAE ] [ RALLIDAE ] [ CHARADRIIDAE ] [ RECURVIROSTRIDAE ]

[ SCOLOPACIDAE ] [ LARIDAE ] [ COLUMBIDAE ]

[ TYRANNIDAE ] [ EMBERIZIDAE ] [ PASSERIDAE ]


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARDEIDAE

Ce sont les hérons de façon général. Ils sont bien représentés ici avec cinq espèces nicheuses dont quatre ont été aperçues sur le site.
La cinquième qui est le Héron gardes-bœufs (
Bubulcus ibis) est associé aux élevages et fréquente plutôt les prairies.
La Grande aigrette (
Egretta alba) ne niche pratiquement pas en Guadeloupe continentale et je ne pense pas qu’ elle niche à St Barthélémy.

St-Martin est donc à ma connaissance sûrement le seul endroit des Antilles Françaises où cette espèce niche de façon conséquente.

Le Grand héron (Ardea herodias) est lui une espèce migratrice.
Ces oiseaux se nourrissent principalement de crabes et de poissons.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RALLIDAE

Cette famille est représentée par la Poule d’eau (Gallinula chloropus) entendue sur le site. Elle nidifie ici et se nourrit d’ invertébrés.

 


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CHARADRIIDAE

Ce sont de petits limicoles et deux des trois espèces rencontrées nichent ici notamment sur les salines; il s’ agit du Pluvier de Wilson (Charadrius wilsonia) et du Pluvier Kildir appelé encore Double collier (Charadrius vociferus) qui d’ après nos sources n’ avait pas été répertorié nicheur à St Martin.

Ces deux oiseaux font leurs nids à même le sol ou dans la végétation rase des salines ou étangs. Ils se nourrissent d’ invertébrés qu’ ils glanent aux bords de ces mêmes milieux.
Si le site de l’ étang Barrière est bien protégé, ils peuvent très bien venir nicher sur son pourtour.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RECURVIROSTRIDAE

A cette époque cette famille est représentée par une seule espèce, l’ Echasse (Himantopus mexicanus) qui nidifie ici sur pratiquement toute les salines. Dés que vous rentrez sur son aire de reproduction, cet échassier noir et blanc, au longues pattes roses, n’ hésite pas à vous attaquer de façon plus ou moins virulente suivant l' état de la nichée.

Saint-Martin semble représenter une zone particulièrement importante dans les Petites Antilles pour la reproduction de cette espèce.

L’ échasse se nourrit de petits invertébrés aquatiques.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SCOLOPACIDAE

Ce sont des limicoles, chevaliers ou bécasseaux migrateurs mis à part peut être l’Aile blanche appelé encore Chevalier semipalmé (Catoptrophorus semipalmatus).
Ce dernier est suspecté nicher sur l' île (H.Raffaele, 1998) et j’ai pu observer un comportement qui s’ apparente à une parade nuptiale sur la saline qui jouxte l’ aéroport.

Le Ricuit (Calidris minutilla) et le Maringouin (Calidris pusilla) sont de petits bécasseaux qui arpentent le bord des salines à la recherche d’ invertébrés enfouis dans le sédiment.

Le Batmar (Actitis macularia) ou Chevalier branle-queue est un petit chevalier remarquable par sa façon de se déplacer en hochant la queue. Son plumage tacheté indique son départ pour son lieu de nidification.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LARIDAE

La Mouette rieuse d’Amérique (Larus atricilla) nidifie à St Martin. Opportuniste on retrouve cet oiseau dans beaucoup de milieu avec un préférence pour les étangs où elle capture des invertébrés ou bien essaye de soutirer la nourriture d’autres oiseaux.

Un autre laridae absent de l’inventaire mais présent sur d’autres salines est a signaler, il s’agit de la Petite sterne des Antilles (Sterna antillarum) qui niche à St Martin.
Cette espèce est menacée de part le monde par la disparition de ses lieux de nidifications qui sont les îlots sableux ou bien les salines.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

COLUMBIDAE

Trois espèces ont été observées :
- Le Zotolan (
Colombina passerina) petite tourterelle souvent à terre et que nous avons entendue chanter,
- La Tourterelle (
Zenaida aurita) commune qui fréquente aussi bien les massifs forestiers que le littoral
- et enfin la Tourterelle asiatique (
Zenaida asiatica). Cette dernière à été aperçue en groupe de cinq individus. Elle est reconnaissable à ses deux bandes alaires blanches.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TYRANNIDAE

Le Pipirite (Tyrannus dominicensis) est perché sur les fils électriques ou sur les arbres à l’affût des insectes qu’il capture en vol.
En période de nidification il défend son territoire énergiquement poursuivant les autres oiseaux ce qui peut l’entraîner très haut comme cet individu qui s’est lancé à la poursuite d’une frégate et qui a eu bien du mal à redescendre.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EMBERIZIDAE

Le Ti jaune (Dendroica petechia), petite fauvette jaune est bien connue. Elle est très active et se nourrit d’insectes.

Le Cici (Tiaris bicolor) est un petit granivore que l’on rencontre dans les milieux ouverts à la recherche des graminées.

Le Sucrier (Coereba flaveola) est un petit oiseau noir et jaune, nectarivore et insectivore il est bien connu pour son affinité pour le sucre.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PASSERIDAE

Une rencontre inattendue est le Moineau domestique (Passer domesticus) bien connu en France. Il aurait été introduit en Jamaïque en 1903. C’est un granivore et des adultes et des jeunes ont été observés.


Remonte en haut de page.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conclusions

l’Etang de la Barrière est relativement riche, la richesse spécifique peut doubler voir tripler en période de migration.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tableau

Famille, nom vernaculaire, nom latin et statut de reproduction des espèces d’oiseaux rencontrées sur le site de l’Etang de la Barrière le 01 et 02 Mai 1999

M : Migrateur, N : Nicheur


© Action-Nature